Non au projet de Pauline Marois d’angliciser tous les Québécois

Ligue québécoise contre
la francophobie canadienne
Porte-parole : Gilles Rhéaume
bienvenue62@hotmail.com
http://sos101.unblog.fr
 
 Le 6 février 2008
 

COMMUNIQUÉ  DE PRESSE

Pour publication immédiate
 

Pourquoi bilinguiser tout le Québec français ?

Voici le texte de la lettre ouverte adressée à madame Pauline Marois au sujet de intention de  »bilinguiser » tous les Québécois :

 

 »Chère Pauline Marois,

 

Qu’il nous soit permis d’exprimer avec déférence notre profond désaccord avec votre récente déclaration, telle que rapportée largement dans les médias, à l’effet de l’importance voire de la nécessité de rendre  »bilingues » tous les Québécois.  La LQCFC tient à vous rappeler respectueusement que la  »bilinguisation » n’a été au Canada-Français et en Amérique française qu’une étape vers l’assimilation, l’anglicisation de nos compatriotes.  Comment pourrait-il en être autrement au Québec français ?  Pour avoir examiné dans des recherches doctorales durant de longues années les constitutions de tous les États du monde, nous ne connaissons pas d’autres exemples sur la planète de

 »bilinguisation » de tout un peuple,sauf bien entendu dans des pays victimes de glottophagie, de colonialisme linguistique, telle la russification des peuples de  l’ex-URSS. 

Les Québécois ne sont pas des cobayes en matière de langue !

 

Nous sommes d’accord avec l’enseignement de langues étrangères, notamment mais pas uniquement de l’anglais.  Nous sommes favorables à ce que les Québécois acquièrent une connaissance fonctionnelle de l’anglais, même une connaissance suffisante de la langue anglaise et d’autres langues s’ils le désirent mais nous nous opposons fermement à la

 »bilinguisation » systématique de tout notre peuple. Être bilingue c’est posséder parfaitement deux langues.  Selon nous c’est de l’utopie que de contraindre toute une population au bilinguisme.  Les études sociolinguistiques montrent que la  »bilinguisation » généralisée risque grandement de défavoriser le statut et l’usage de la langue commune du groupe linguistique visé par une semblable démarche étatique.  Au Québec, à notre humble avis, une telle politique de l’enseignement de l’anglais serait sociolinguistiquement parlant carrément suicidaire…

 

La Loi 101 du regretté docteur Camille Laurin à qui les Québécois doivent tant au niveau de la protection du français, prescrit  aux anglophones d’acquérir une connaissance suffisante de la langue officielle du Québec afin qu’ils puissent offrir des services en français aux Québécois mais jamais  il n’a eu l’intention de les  »bilinguiser » et ce par respect de leurs droits linguistiques fondamentaux. Pourquoi alors contraindre le Québéc français à un bilinguisme caractérisé ?

 

Nous vous invitons donc à revoir votre position à la lumière d’un débat public sur les avantages et les désavantages d’une bilinguisation totale des Québécois qui serait, il faut bien le dire, une anglicisation de notre peuple.  Car bilinguiser c’est aussi angliciser.  Est-ce la politique linguistique que le Parti qiébécois entend offrir dans sa future plate-forme électorale ?  Nous osons espérer que non.  Vous avez notre confiance et rien ne nous apparaît plus important que de la maintenir.

 

Très cordialement,

 

Gilles Rhéaume

LQCFC »

 

-30-

Publié dans : Non classé |le 6 février, 2008 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Bessoncourt Autrement |
jpchauvin |
COLLECTIF AUTRE MONDE Magny... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ismailawane2008
| Régis Frey
| Blog politique soutenant "d...